Hôtel de Rohan

Remontage des décors de la Chancellerie d’Orléans

Localisation

Paris (75)

Maîtrise d’ouvrage

Banque de France, puis OPPIC

Contexte patrimonial

Boiseries classées immeubles par destination, Hôtel de Rohan, immeuble classé au titre des monuments historiques

Programme

Adaptation, restauration et remontage des décors de l’ancienne Chancellerie d’Orléans au rez-de-chaussée de l’Hôtel de Rohan.                                                

Mission

Faisabilité, mission de base

Coût des travaux ht

5 291 064 euros

Maîtrise d’œuvre

Atelier Cairn, architectes, Paul Barnoud, ACMH

En savoir plus...

Charles de Wailly conçoit en1762 les décors de ce qui est alors l’Hôtel d’Argenson, situé tout près du Palais Royal. En 1923, la Banque de France voisine rachète l’édifice en vue d’agrandir ses locaux. Elle en obtient le déclassement et l’autorisation de démolir contre la promesse de déposer, conserver,  et, à terme, d’en remonter les décors ailleurs dans Paris. S’ils ont bien été sauvegardés, leur remontage est plusieurs fois compromis tout au long du XXe siècle.

Il faut attendre l’intervention de Bertrand du Vignaud, qui, découvrant les décors à l’occasion d’une exposition sur Charles de Wailly en 1997, fait financer par l’intermédiaire du World Monument Fund un début de restauration. Cette impulsion conduit à la décision d’une restauration complète et du remontage. Il retient pour cela le rez-de-chaussée de l’Hôtel de Rohan, proche par la date de construction et les dispositions intérieures de l’Hôtel d’Argenson. Il avait été dépouillé de ses propres décors lors de sa transformation en imprimerie à l’aube du XIXe  siècle.

Le projet est donc engagé en 2018. La difficulté consiste à adapter les décors et les pièces de l’Hôtel de Rohan afin de les faire coïncider, sans les dénaturer ni l’une, ni l’autre.

Les décors sont restaurés et présentés en atelier, en parallèle de la préparation des pièces de l’Hôtel de Rohan.